Menú

Array
(
)
AJAX: 

Ken Jacobs 

 Les invités

27 juillet 2017 – 12 novembre 2017

Ken Jacobs (New-York, 1933) est une figure majeure du cinéma expérimental de l’après-guerre. En 1966, après avoir participé aux collectifs légendaires de la NY Film-Makers’ Cooperative, Jacobs et son épouse Flo fondèrent l’un des premiers studios de cinéma ouverts aux États-Unis, The Millennium Film Workshop. Motivé par un intérêt constant pour l’observation et le rapport entre le spectateur et l’image, Jacobs produisit en 1969 Tom, Tom, the Piper’s Son, un film de deux heures tiré d’un court-métrage de dix minutes filmé en 1905. À l’automne 1969, il créa aux côtés du réalisateur Larry Gottheim le Département Cinéma, privilégiant certaines pratiques avant-gardistes de l’Université de l’état de New-York à Binghamton où il enseigna pendant plus de trente ans. Une fois sa fascination pour l’écran plat de Tom, Tom dépassée, Jacobs s’attela à la profondeur de l’illusion. Au milieu des années 70, il se lança dans l’“éternalisme”. En installant deux projecteurs de 16 mm stop motion il parvint à créer des illusions en trois dimensions moyennant la juxtaposition rapide de photogrammes intimement reliés qu’il maintenait à l’écran pendant plusieurs minutes. En 2000, il remplaça son matériel de projection The Nervous System par The Nervous Magic Lantern et il adopta la production numérique.

Parmi les créations les plus récentes de Jacobs, Les Invités (The Guests, 2013), l’un des chefs d’œuvre du cinéaste nord-américain d’après la critique. L’œuvre s’inspire de l’un des premiers films des frères Lumière, qui montre les invités d’un mariage qui rentrent dans une église à Paris, à la fin du XIXe siècle. Jacobs ralentit drastiquement la succession de photogrammes individuels et double l’image laquelle apparaît sur l’écran moyennant un seul photogramme d’intervalle, en changeant périodiquement l’œil qui voit le premier photogramme. Lorsqu’on voit le film avec des lunettes 3D, au fur et à mesure que les invités passent de gauche à droite, les combinaisons forment dans l’esprit du spectateur des images tridimensionnelles qui sont, à la fois réelles et incroyablement irréelles. Pendant que le spectateur assimile les changements, le rythme rallongé de l’action dans un lieu historique et inaccessible dépasse le tournage originel des frères Lumière jusqu’à atteindre un plan qui va au-delà du documentaire et qui le transforme en une expérience directe du mystère perturbant de l’image.

Ken Jacobs
Les Invités (The Guests), 2013 (photogramme)
Film 3D en couleur
74 min
Courtoisie de l’artiste

×