Menú

Un regard en arrière. Giorgio Morandi et les maîtres anciens

12 avril 2019 – 6 octobre 2019

Déjà pendant ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Bologne, Giorgio Morandi privilégia la gravure et la peinture de paysages et natures mortes, genres qui domineront plus tard sa production. D'abord influencé par les maîtres italiens (Giotto, Uccello, Masaccio) puis par Cézanne, le Cubisme et le Futurisme, son œuvre acquiert progressivement une orientation métaphysique. À partir de 1920, il se consacre à l'investigation de la réalité objective (bouteilles, verres ou boîtes) et au paysage, qu'il réduit à une sobriété essentielle. Sa peinture, figurative par antonomase, se distingue du reste de l'art pictural du XXe siècle par son intensité, sa beauté et son intemporalité uniques. Les natures mortes de Morandi inspirées par les objets les plus quotidiens, sont extraordinairement personnelles en termes de composition, de chromatisme et de lumière, et poussent à l'extrême la recherche de pureté, de concentration et d'essentialisme de l’artiste. Comme il l'a dit lui-même, "on peut voyager autour du monde et ne rien voir. Pour comprendre, il n'est pas nécessaire de voir beaucoup de choses, mais de regarder intensément ce que vous voyez. Cette exposition propose une nouvelle façon de contempler l'œuvre de Giorgio Morandi, et ce à partir d'une approche qui n'a encore jamais été adoptée, à savoir l'influence que les anciens maîtres des écoles espagnoles (El Greco), bolognaises (Jacopo Bassano, Giuseppe Crespi) et françaises (Jean-Baptiste-Siméon Chardin) des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ont eu sur son œuvre.

Commissaire: Petra Joos

Giorgio Morandi
Nature morte (Natura morta), 1956
Huile sur toile,
36 x 45.7 cm
Fondation Mattioli Rossi - Switzerland
© Giorgio Morandi, VEGAP, Bilbao, 2019

×