Guggenheim

3 decembre 2020 - 21 février 2021

"Je pense que les gens parlent trop, c'est vrai. Je ne crois pas aux mots. Les gens utilisent trop de mots, souvent à tort. Je suis sûr que, dans un avenir lointain, les gens parleront beaucoup moins et de manière bien plus essentielle. -Michelangelo Antonioni, 1969

Le vide nous accompagne au moyen de différentes présences : sous la forme de la maladie, de la tristesse, de la solitude, mais aussi comme une opportunité d'exil intérieur pour affronter nos propres fantômes, comme une sublime expression d'amour ou des choses les plus importantes dans la vie, la vitalité et la pensée. Cette exposition nous invite à observer la tension de chaque instant, pour se pencher sur le passé et le présent et envisager un avenir plein d'espoir.

À travers la photographie, José Manuel Ballester prétend fixer le temps, l'arrêter, le temps d’une pause chemin faisant pour plonger le spectateur dans des non-espaces architecturaux. Ballester s'intéresse aux lieux vides, il représente les gens à travers leurs empreintes et leurs réflexions. Son travail analyse la solitude des individus et les contradictions du monde moderne à travers les environnements urbains. Les espaces quotidiens sont transformés en scènes intemporelles, où l’invisible et le visible, le public et le privé et la bipolarité, agissent comme des éléments révélateurs de la condition humaine.

Ce projet présente une sélection de photos prises par José Manuel Ballester pendant trois jours au mois d’avril, au cœur de la pandémie. À leur sujet, l'artiste déclare : "L'absence humaine dans la rue offrait des images inhabituelles de routes, d'avenues et de places totalement vides, mais le plus troublant était de savoir que tous les habitants étaient là, à quelques mètres de moi, protégés entre leurs quatre murs. Malgré la proximité, le silence régnait.

Ces images inhabituelles reflètent la réalité de Bilbao et de nombreuses autres villes du monde pendant la période de confinement et, à coté de l'œuvre Autour du Guernica 2009/2020, elles nous proposent une vision fidèle et très actuelle de l’événement historique et humainement tragique, nous permettant de réfléchir aux terribles conséquences de certains événements comme les guerres ou les pandémies.

 

COLLABORATEURS :

                                     

EXPÉRIENCE NUMÉRIQUE

Nous vous invitons à partager l’expérience numérique qui accompagne le projet [2020/03/15] de José Manuel Ballester, à découvrir actuellement au Musée.

Auteur

« L’art ne peut pas changer directement la réalité, mais il peut au moins tenter de changer la façon de la comprendre, ce qui est un premier pas prometteur ».

José Manuel Ballester

Bertso Performance Hustuari Hitzak (Words on Emptiness)