Guggenheim
Nationale-Nederlanden Building | Frank Gehry | Guggenheim Bilbao Museoa
Exposition antérieur

Voici plus de quarante ans que Frank Gehry applique toute sa perspicacité et sa capacité d'invention aux méthodes et aux matières employées pour clore l'espace. En créant les puissantes formes qui caractérisent son œuvre, il est ainsi parvenu à modifier la vision de l'architecture.

Né dans la ville canadienne de Toronto, il s'installe avec sa famille à Los Angeles en 1947, à l'âge de 17 ans. C'est là qu'il œuvre son premier et modeste studio en 1962 et, dès le départ, le caractère visuel de la ville a profondément marqué son travail. Beaucoup de choses qu'on voit là-bas (les bungalows en stuc, les clôtures en toile métallique des maisons, les carreaux colorés d'inspiration espagnole, les palmiers balancés par le vent, le mouvement et l'immensité du Pacifique) constituent depuis longtemps des éléments essentiels de son architecture. Cette habileté qui est la sienne lorsqu'il s'agit d'adopter la personnalité des lieux où il travaille est toujours aussi vive et transparaît dans les différents projets dont il la charge dans le monde entier. Ses travaux en Europe et au Proche Orient (Prague, Berlin et bientôt Jérusalem) traduisent une connaissance approfondie de ces cités historiques et, tout en se distinguant parfaitement des formes architecturales vétustes qui les entourent, optent pour maintenir avec elles un dialogue intense et riche.

Gehry a atteint sa maturité professionnelle à Los Angeles en même temps qu'un groupe d'artistes dont il partageait la plupart des idées, comme Chuck Arnoldi, Larry Bell, Billy Al Bengston, Ron Davis, Robert Irwin, Ed Moses, Ken Price et Ed Ruscha. Alors que ses premiers mentors en architecture ont été Rudolph M. Schindler et Frank Lloyd Wright, les chaises de contreplaqué moulé de Charles et Ray Eames l'ont poussé à pratiquer ses premières expérimentations dans le monde du design de meubles. Bien que, dans sa première période comme architecte, il ait conçu un certain nombre d'œuvres notables, ce n'est que vers 1977–78 qu'il attire l'attention des spécialistes avec la rénovation de son propre logement à Santa Mónica, une en bois peinte en rose datant des années 20. L'originalité de son idée d'ouvrir la cuisine et le salon sur le ciel à l'aide de fenêtres cubiques et de construire une nouvelle maison autour de l'ancienne à l'aide d'écrans en toile métallique, contreplaqué et plaques ondulées, lui a valu d'occuper une place unique et privilégiée parmi ses collègues. Un de ses premiers clients fut la Loyola Marymount University pour laquelle il entreprend en 1978 un projet toujours en cours de développement. Il s'agit de la construction d'un campus pour la Faculté de Droit de l'Université, située dans une zona industrielle proche du centre de Los Angeles. Le client ayant manifesté son désir de le voir inclure des références à la tradition classique, Gehry propose alors un ensemble d'édifices semblable à une acropole au lieu d'une grande structure unique. En dépit du scepticisme premier avec lequel la Faculté accueillit le projet, le campus a connu un succès notable et a souvent été comparé à ce campus réputé qu'est le Thomas Jefferson de l'Université de Virginie à Charlottesville.

Le travail de recherche que Gehry a effectué dans le domaine du design industriel constitue un complément à son labeur architectural. Toujours à partir de matériaux atypiques et de formes extrêmement innovatrices, il a créé deux lignes de mobilier en carton. Les pièces de la première série, dénommée Easy Edges (1969–73), construites en épaisses feuilles de carton contre-collées et comprimées en alternant le sens de la fibre, comme dans le cas du contreplaqué, ont connu la célébrité grâce à leurs lignes aérodynamiques et à leur extraordinaire résistance. Postérieurement, ses meubles vont acquérir un aspect plus sculptural avec la série Experimental Edges (1979–82). Là, le carton employé, plus souple et malléable, porte un type d'ondulations plus larges et est collé à la main. Au milieu des années quatre-vingt, l'artiste conçoit ses amusantes lampes Poisson et Serpent (1983–86) réalisées en Colorcore, un type de stratifié de plastique translucide qu'il manipule jusqu'à dégager cette sensation de mouvement qu'il recherche constamment. Enfin, au début des années quatre-vingt-dix, il dessine la collection de meubles Bent Wood (1989–92) pour Knoll. Reprenant des techniques de vannerie, la série emploie de longues bandes de bois d'un seul tenant pour créer la forme et la charpente des meubles. Plus d'une centaine de prototypes furent exécutés avant que la série, formée par quatre chaises, deux tables et une ottomane, soit considérée terminée. Chaque pièce, comme Cross Check et High Sticking , est baptisée d'un terme appartenant au sport favori de Gehry : le hockey sur glace.

Après le succès de la Loyola Law School et d'autres projets comme la Maison pour invités Winton (1983–87) de Wayzata, Minnesota, et une rétrospective que le Walker Art Center de Minneapolis consacre à son œuvre en 1986, le cabinet de Gehry gagne un appel d'offres restreint pour construire ce qui va devenir son premier grand projet à Los Angeles : l'Auditorium Walt Disney (1987–). Conscient de l'importance absolue de l'acoustique dans un auditorium, il conçoit l'édifice de l'intérieur vers l'extérieur. L'espace intérieur est pensé comme une forme cubique convexe, entièrement revêtue de bois, au plafond de laquelle se greffent des formes évoquant les voiles d'un bateau. L'ensemble est enveloppé dans des murs extérieurs incurvés recouverts d'acier inoxydable. Cet édifice complexe, dont la conception a duré plusieurs années, se trouve en ce moment en cours de construction au cour de Los Angeles où, en compagnie du Dorothy Chadler Pavillion et du Museum of Contemporary Art, il va constituer un important centre culturel.

Héraut de la collaboration entre artistes, Gehry, associé à des créateurs de la taille de Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen, a participé à plusieurs projets collectifs, dont l'Edifice Chiat/Day (1985–91) de Venice, en Californie. Il a aussi collaboré avec le sculpteur Richard Serra à différentes occasions, notamment en 1996 dans le cadre du concours pour le Pont du Millénaire de Londres lancé par le Financial Times. Récemment, il a participé avec l'architecte David Childs de Skidmore, Owings & Merrill, à l'élaboration d'une proposition pour le siège central du New York Times (2000) et, avec son collègue français Jean Nouvel, à un projet de rénovation urbaine à Prague encore inachevé et connu sous le nom d'Arena Centre (2000–). Par ces participations et en se constituant souvent même comme le moteur de ce type d'entreprises conjointes, Gehry ne fait qu'exprimer sa foi en la revitalisation des environnements urbains par la diversité architecturale. Cette conviction s'épanouit pleinement lorsque Gehry s'associe à d'autres artistes pour concevoir des complexes composés de plusieurs édifices, comme c'est le cas de l'Usine de meubles Vitra International et Musée de Dessin (1987–89) de Weil am Rhein en Allemagne, projet auquel ont participé, avec un bâtiment chacun, Tadao Ando, Nicholas Grimshaw, Zaha Hadid et Alvaro Siza.

A ce jour, son projet le plus célèbre est le Musée Guggenheim Bilbao (1991–97). Grâce à cet édifice, qui l'a consacré internationalement, il jouit aujourd'hui d'un prestige rarement accordé aux architectes. Comme la plupart de ses œuvres importantes — le Musée d'Art Frederick R. Weisman (1990–93) de l'Université du Minnesota à Minneapolis, l'édifice Nationale-Nederlanden (1992–96) de Prague et l'Experience Music Project (1995–2000) de Seattle — le bâtiment de Bilbao représente une sorte de porte d'entrée dans la ville. Dressé sur les berges de la ria du Nervión, l'édifice prend en écharpe un pont par lequel s'écoule le trafic qui entre et sort de la cité. Avec son large éventail d'espaces de type classique ou curviligne, le musée offre une mise en scène dynamique aux expositions du Guggenheim et, depuis son inauguration en 1997, a su attirer des millions de visiteurs dans ce centre urbain du XIX siècle revitalisé.

Quant à ce que nous pouvons entrevoir de ses prochains projets, encore inachevés, le Peter B. Lewis Building de la Weatherhead School of Management (1997–) appartenant à la Case Western Reserve University de Cleveland, Ohio, sera un édifice ingénieux destiné à illustrer le basculement de la Weatherhead School dans l'univers de l'Internet. Le Performing Arts Center du Bard College (1997–) à Annandale-on-Hudson, New York, pour sa part, s'annonce comme un centre de production, innovateur et vibrant, d'œuvres artistiques de tous ordres, musique, théâtre, opéra et danse. Une fois terminée, sa conception du nouveau Musée Guggenheim de New York (1998–), prévu pour être construit au pied de Wall Street, dans l'East River, doit insuffler au Lower Manhattan un nouvel élan artistique. Sur une surface de 96.000 m² environ, à répartir entre un espace public extérieur et 190.000 m² bâtis, le nouveau musée accueillera des espaces de représentation pour les arts de la scène, la Collection Permanente du Guggenheim, des expositions temporaires, un centre réservé à l'art et à la technologie ainsi qu'un espace consacré à l'architecture et au design.

Frank Gehry, architecte ne se limite pas à rassembler sous un même toit une quarantaine des œuvres les plus prestigieuses de cet artiste ; l'exposition suit également l'évolution de son langage visuel et de son processus de travail. Au fur et à mesure qu'il avance, le visiteur s'insinue dans les coulisses du développement de plusieurs de ses projets : des premières esquisses, schématiques et gestuelles, qui augurent des formes futures, avec toute une série de maquettes correspondant aux différents stades de construction programmés, jusqu'aux maquettes finales et aux photos qui illustrent les œuvres terminées. La démarche de l'exposition se centre sur l'étroite relation que maintient Gehry avec ses clients, ainsi que sur l'intensité des liens qui, au travail, l'unissent à la plupart des talentueux membres de son équipe.

La présentation du projet du Musée Guggenheim Bilbao a été rendue possible grâce à la collaboration d'Idom, qui a participé à la construction del'édifice.

 

Frank Gehry
Nationale-Nederlanden Building, 1992–96
Prague, Czech Republic
Photo by: Damian Heinisch/Bilderberg/Aurora