June Crespo
Exposition future

June Crespo. Vasculaire

01.03.2024 - 09.06.2024

La pratique sculpturale de June Crespo (Pampelune, 1982) se situe volontairement au carrefour de multiples voies et d’axes de recherche contemporains. Elle instaure, d’une part, un dialogue transformateur avec les concepts qui ont marqué l’art basque des dernières décennies, des « paires mobiles » comme l’abstraction et le geste, le tragique et l’opaque, la légèreté et l’étrangeté. D’autre part, elle aborde certaines problématiques dont l’urgence était absente des grands débats jusqu’à une date relativement récente, notamment ce qui a trait à la sensibilité féministe et à la prise de conscience du désastre engendré par le mode de vie moderne sur la nature, celle-ci étant pleinement soumise aux cycles de production et de reproduction industrielle et post-industrielle et aux abrasions de l’Anthropocène.

Le caractère vivant et actif de la matérialité a accompagné la pratique de Crespo de manière ininterrompue et est le socle du projet de l’exposition Vasculaire, qui est présenté au Musée Guggenheim Bilbao à la fois pour proposer une perspective sur le travail de l’artiste et pour l’inviter à explorer des dimensions jusqu’alors inédites dans sa pratique. Rassemblant et amalgamant des éléments très hétéroclites — moules créés à partir de plantes, vêtements ou morceaux de tissus usés, matériaux de construction, moulages en béton, revues… — pour former des assemblages drastiques et des altérations d’échelle, les sculptures de June Crespo soulignent le contraste qui s’installe entre le matériau ayant vécu et les éléments structurels qui délimitent et canalisent notre existence, qu’il s’agisse de tuyaux, de tôles, de moules ou de coffrages. Des tiges sont ensuite reliées à ces assemblages, ou des morceaux de textile ou de papier sont coincés dans leurs jonctions. On y trouve également la trace d’opérations techniques, d’érosions et d’accidents. Reliés par des ressorts ou simplement posés les uns sur les autres, ces éléments s’interrogent mutuellement, en permanence.


Outre une sélection d’oeuvres réalisées pendant les sept dernières années, l’exposition Vasculaire s’articule autour d’une nouvelle production, tout à fait extraordinaire, dans laquelle convergent des formes, des gestes et des questions récurrentes dans de nombreuses séries de Crespo. Par exemple, l’utilisation sculpturale ou même architecturale d’images photographiques, converties en grandes impressions au sol, ou bien l’utilisation comme supports d’outils utilisés dans les travaux industriels ou de construction — tels que des tables de travail, des échelles ou des plates-formes élévatrices — qui soutiennent un foisonnement de formes végétales, tubulaires et cylindriques dans l’espace. Vasculaire met en lumière la communication interne au sein de chaque oeuvre de June Crespo et suggère également des transmissions entre toutes les oeuvres incluses dans le projet. En effet, elles agissent comme des vases communicants et des réseaux capillaires tant au niveau des matériaux que des scarifications et des marques que l’artiste fait émerger à la surface de la sculpture.

Salle : 105
Commissaire : Manuel Cirauqui


June Crespo
Vasculaire 5 [Vascular (5)], 2024
Tôle acier larmée courbée et tapis
150 × 300 × 293 cm
Courtoisie de l’artist
© June Crespo, Bilbao, 2024
Image: © FMGB Guggenheim Bilbao Museoa, Erika Barahona Ede