Guggenheim
Introduction

Tour Eiffel aux arbres, été 1910
Huile sur toile
126,4 x 92,8 cm
Solomon R. Guggenheim Museum, New York
Collection fondatrice Solomon R. Guggenheim, 46.1035

À l’instar de nombreux autres artistes et écrivains de l’époque, Robert Delaunay (1885, Paris–1941, Montpellier, France) a aussi été sensible à ce symbole de la modernité que représente la tour Eiffel au moment de sa construction pour l’Exposition universelle de Paris de 1889. Delaunay rêvait de faire disparaître les frontières et de transformer l’Europe en une communauté globale, et la tour Eiffel, où était installé un poste émetteur radio, incarnait les communications internationales. Peignant la tour pour la première fois en 1909 pour fêter son engagement avec Sonia Terk, également artiste, il en fera le sujet d’au minimum trente autres toiles au cours des années suivantes, puis à nouveau dans les années 20.

Dans les premières œuvres où Delaunay représente la tour Eiffel, il utilise une palette de couleurs et de formes simples, de type blocs. La tour, qui campe au centre de chacune de ses compositions, acquiert ainsi la présence symbolique du sujet d’un portrait. Tour Eiffel aux arbres a une composition plus dynamique qui annonce un virage dans le style de l’artiste. En montrant la tour sous plusieurs angles, Delaunay capture et synthétise différentes impressions en même temps. Remarquons que ce tableau a été exécuté alors que son auteur se trouvait loin de Paris, et qu’il a donc travaillé de mémoire.

Tour Eiffel aux arbres marque le début de ce que Delaunay a appelé sa phase « destructive » : la forme solide de ses œuvres antérieures se fragmente et commence à se désintégrer. L’artiste a choisi un thème qui lui permettait de lâcher les rênes à sa prédilection pour la sensation de vastes espaces, d’atmosphère et de lumière, tout en s’emparant d’un symbole de modernité et de progrès. Les réussites de Delaunay en matière de style sont représentatives d’un nouveau siècle, ainsi que son virage vers le monde urbain.

Nombre d’images de Delaunay sont des vues en perspective depuis une fenêtre encadrée de rideaux. Dans Tour Eiffel, les édifices qui entourent la tour s’incurvent comme des rideaux. La perspective de la fenêtre permet à la série consacrée à la tour Eiffel de combiner l’extérieur et l’intérieur, tout en rappelant à notre mémoire la notion traditionnelle, romantique, de la fenêtre ouverte.

 

Questions

Avant de montrer à la classe quelques toiles de Robert Delaunay, projetez une photo de la tour Eiffel. Vous pouvez peut-être trouver de vieux clichés sur Internet. On sait que Delaunay avait plusieurs cartes postales avec des photos de la tour qu’il a peut-être utilisées comme référence dans certains de ses tableaux.

Demandez aux élèves ce qu’ils voient et ce qu’ils savent de la tour Eiffel. Vous devez peut-être leur apporter quelques informations historiques pour qu’ils comprennent que la tour Eiffel n’est pas seulement une impressionnante structure architecturale, mais aussi un symbole de la modernité parisienne.

Montrez-leur Tour Eiffel avec arbres, de l’été 1910 et posez les questions suivantes :

En quoi la peinture de Delaunay et la photographie de la tour se ressemblent-elles et se différencient-elles ? Quels adjectifs utiliseriez-vous pour décrire cette œuvre ?

Tout le long de sa vie, Delaunay a concentré son activité artistique (certains parlent à ce sujet d’une certaine obsession) sur quelques endroits qu’il a peints et repeints. Si vous deviez choisir un lieu à explorer sans cesse, quel endroit choisiriez-vous ? Pourquoi ?

Activités

Le site web de la tour Eiffel offre de nombreux renseignements sur les différents aspects de ce monument. Pour comprendre l’importance qu’a eue la tour pour les Parisiens du début du XXe siècle, visitez le site http://www.toureiffel.paris/fr.html

Quand le projet de la tour Eiffel fut annoncé en 1888, tout Paris s’enflamma. Les gens ne voulaient pas d’une horrible monstruosité comme celle-là devant leur porte. Ils étaient sûrs que ce « monstre de métal » [1] allait s’effondrer sur leurs maisons et les écraserait. Personne ne pouvait imaginer alors qu’elle deviendrait l’un des symboles les plus chéris de la France. Toutefois, en 1889, au moment de l’inauguration de l’Exposition de Paris, la tour Eiffel en fut l’attraction la plus visitée et elle ne tarda pas à se convertir en un symbole international.

De nombreuses idées révolutionnaires ont d’abord été critiquées avant d’être finalement appréciées par le public. Connaissez-vous des exemples d’œuvres artistiques, littéraires ou architecturales, d’inventions ou d’idées qui au début ont suscité la critique de l’opinion publique, mais qui ont fini par être acceptés ? Lesquelles ? À votre avis, pourquoi ont-elles été critiquées ?

Outre Robert Delaunay, de nombreux autres artistes, dont par exemple Marc Chagall (1887–1985), Pablo Picasso (1881–1973), Henri Rousseau (1844–1910) et Georges Seurat (1859–1891), ont peint la tour Eiffel, chacun selon son style. Demandez-leur de contempler des toiles de ces artistes qui représentent la tour Eiffel. Quelles sont les ressemblances et les différences avec la perspective de Delaunay ?

En dehors des peintres, des écrivains et des poètes ont aussi trouvé une source d’inspiration dans la tour Eiffel et dans les tableaux peints par Delaunay. Lisez les derniers vers du poème de Blaise Cendrars (1887–1961) « Tour », écrit en août 1913 et dédié à Robert Delaunay :

Tu es tout
Tour
Dieu antique
Bête moderne
Spectre solaire
Sujet de mon poème
Tour
Tour du monde
Tour en mouvement

Demandez-leur de commenter ce passage et sa relation à la fois avec la tour Eiffel et avec les tableaux que Delaunay a peints sur elle. Ils devront composer ensuite un poème sur un endroit qui est spécial pour eux. À qui dédieraient-ils leur poème ? Pourquoi ?

1 Goldman Rubin, Susan, There Goes the Neighborhood: Ten Buildings People Love to Hate, Holiday House, Inc., New York, 2001, p. 17

VERSION IMPRIMABLE