Guggenheim
Andy Warhol |Autoportrait | Guggenheim Bilbao Museoa
Exposition antérieur

Aux États-Unis l'art pop décolle au début des années 60. Ce mouvement artistique, qui s'enracine dans le dadaïsme, va se nourrir d'images populaires, d'où son nom. Les artistes pop ont en effet puisé leur inspiration dans les annonces, les magazines bon marché, les panneaux publicitaires, les films, les bandes dessinées et les vitrines pour en tirer des images représentées ensuite (et parfois manipulées) avec humour, esprit et ironie. Ce détournement des images de la culture populaire peut être entendu à la fois comme un hommage ou comme une critique de celle-ci.

Cette présentation réunit quelques artistes américains à l'origine du succès de l'art pop: Jim Dine, Roy Lichtenstein, Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen, Robert Rauschenberg, James Rosenquist et Andy Warhol. Dans l'exposition, le travail de Rauschenberg figure à l'écart de la production moins expressive des autres artistes pop. À la différence de ceux-ci, Rauschenberg superpose dans ses oeuvres des coups de pinceau expressionnistes et une imagerie tirée de diverses sources qu'il applique sur la toile par transfert ou en recourant à la sérigraphie commerciale. Parfois même il incorpore des objets comme des bouteilles de soda ou des panneaux de stations-services. Au début des années soixante, Jim Dine et Claes Oldenburg ont fait partie d'un groupe d'artistes qui transposaient les implications gestuelles et subjectives de la peinture de l'expressionnisme abstrait dans de scandaleuses mises en scène plus tard baptisées happenings. Dans le cadre de ces spectacles qui violaient toutes les règles esthétiques en vigueur, ils produisaient des objets à partir de déchets urbains pour illustrer la surconsommation de la société américaine. Plus tard, Oldenburg réalisera des sculptures et des projets à grande échelle en collaboration avec Coosje van Bruggen qu'il épousera en 1977.

En imitant dans ses tableaux le pointillé caractéristique de l'impression bon marché des bandes dessinées, Lichtenstein a créé de l'art à partir de ce qui, traditionnellement, était considéré comme « inférieur ». Warhol, comme d'autres artistes pop, a choisi comme sujet les images imprimées qu'il trouvait dans les journaux, les promotions et les annonces, et adopté la sérigraphie, technique de reproduction massive, pour produire ses oeuvres. Le fait que les artistes pop aient adopté des thèmes jugés de peu de valeur (du culte des célébrités aux marques d'aliments) a été interprété par certains comme une exubérante revendication de la culture américaine et par d'autres comme une acceptation irréfléchie de ce qui est « inférieur ».

 

Andy Warhol
Autoportrait (Self-Portrait), 1986
Encre sérigraphiée sur peinture polymère synthétique
269,2 x 269,2 cm
Solomon R. Guggenheim Museum, New York
Donation, Anne and Anthony d'Offay 92.4033