Guggenheim
Default image for educational_guide
Introduction

Le rêve de ma mère (lundi,19h45 ; mardi, 19h45 ; mercredi, 19h45 ; jeudi,19h45) [My Mother's Dream (7:45 pm Monday; 7:45 pm Tuesday; 7:45 pm Wednesday; 7:45 pm Thursday)], 1998
Huile sur lin, 320 x 868,7 cm
Courtoisie de l’artiste
© VEGAP, Bilbao, 2015

«Dans les années quatre-vingt-dix, je suis revenu aux grands paysages mais j’ai eu l’idée de faire un paysage environnemental. La plupart des paysages se regardent de loin, et donc mon idée était de faire une peinture enveloppante, une peinture qui vous entoure et vous introduit dans le paysage.»  (1)

INTRODUCTION  

Alex Katz (1927) est né dans le quartier de Brooklyn, à New York, de parents russes, peu avant que ne débute la grande dépression américaine. En raison de la crise économique, sa famille déménage à St. Albans, une communauté multiethnique de Queens, à New York, apparue dans l’entre-deux-guerres. Sa mère avait été actrice et se passionnait pour la poésie tandis que son père était  un homme d’affaires qui s’intéressait aussi à l’art. Katz fait ses études secondaires dans un collège connu pour son cursus original où le matin était consacré à l’enseignement et l’après-midi à l’art. En 1946, il s’inscrit à The Cooper Union, une prestigieuse faculté d’art, d’architecture et d’ingénierie. Sa passion pour le paysage commence à cette époque. Après son diplôme, Katz reçoit une bourse pour aller étudier pendant l’été à la Skowhegan School of Painting and Sculpture, dans la campagne du Maine, où il vit pour la première fois l’expérience de peindre à l’extérieur, en plein air. Katz affirme que cela lui a  donné “une raison pour consacrer [sa] vie à la peinture” (2). C’est là qu’il se rend compte que la lumière, la couleur et le mouvement lui offrent la possibilité de peindre d’une façon presque inconsciente et de produire une image en réponse immédiate à la nature (3).

À la fin des années quatre-vingt, ses paysages prennent de l’envergure, et il les baptise “paysages environnementaux”. Dans ces tableaux, au lieu d’observer une scène depuis une certaine distance, le spectateur est plongé dans la peinture, immergé dans la nature au lieu de contempler l’œuvre comme un simple spectateur.

Le rêve de ma mère (lundi, 19h45 ; mardi, 19h45 ; mercredi, 19h45 ; jeudi, 19h45) [My Mother's Dream (7:45 pm Monday; 7:45 pm Tuesday; 7:45 pm Wednesday; 7:45 pm Thursday), 1998] est l’une des peintures environnementales les plus ambitieuses de Katz. L’œuvre est constituée de quatre grands panneaux qui représentent plusieurs moments d’un même paysage à la tombée du jour, au cours de différents jours de la semaine. Les quatre scènes différentes et non consécutives suggèrent des sauts en avant et en arrière dans le temps, tels que ceux qui peuvent se produire dans un poème ou dans une pièce musicale où il se crée une séquence qui se répète tout le long de la composition (4).

Avec ces paysages environnementaux, Katz prétend appréhender “les choses rapides qui passent”, enregistrer le véloce passage du temps et saisir des instants fugaces et des conditions concrètes de la lumière dans le paysage. L’artiste décrit son objectif final comme “peindre le temps présent”, peindre la simultanéité de la vision et la perception. Katz pense que cet instant est comme l’explosion de lumière qui se produit juste avant de focaliser une image (5).

Pour atteindre cet objectif, il dépouille la peinture de toute information relative à l’apparence des choses en éliminant les détails au point de quasiment transformer son sujet en de simples taches de peinture. Ce style lui permet de représenter le sujet d’une façon qui aborde tant l’essence de la forme que la lumière, le temps et l’environnement. Katz signale qu’il écarte l’information inutile sur la structure des objets pour capturer l’ineffable passage du temps (6).

 

1. http://uk.phaidon.com/agenda/art/articles/2010/april/24/alex-katz-on-his-works-worries-and-wife/
2. http://www.alexkatz.com/biography/narrative_bio
3.  Michael Rooks, It all goes down in your mind. Exhibition catalogue. page 14
4. http://prensa.guggenheim-bilbao.eus/src/uploads/2015/08/Dossier-Katz-FINAL-FR.pdf
5. Ibid.
6. https://www.high.org/~/media/Sites/HMA/Res/PDF/Press/2014/October/Alex-Katz-Release-FINAL.ashx

Questions

Montrez à vos élèves Le rêve de ma mère (1998): Demandez-leur d’imaginer qu’ils entrent dans cette peinture. Où se trouvent-ils ? Comment le savent-ils ? Quel temps fait-il ? Que sentent-ils, entendent-ils, ressentent-ils ?

Comment Katz utilise-t-il la couleur, la lumière et les ombres ? Comment le décriraient-ils ?

Demandez à vos élèves de décrire les sentiments qu’éveille chez eux cette peinture. Quels éléments et quelles techniques Katz emploie-t-il pour provoquer ces sensations ?

Le rêve de ma mère (1998) est l’un des plus grands paysages environnementaux de Katz. Avec ce type de peinture, il veut que le spectateur sente qu’il se trouve à l’intérieur du paysage, et non en train de l’observer à distance. Quels éléments utilise-t-il pour y parvenir ?

Parlez des dimensions de la peinture (1). Répondraient-ils de façon différente devant un format beaucoup plus petit ou une autre forme ?

Demandez à vos élèves de penser à un moment où ils ont été entourés de nature. Quels seraient les éléments les plus intéressants du paysage ? Qu’est-ce qui peut être difficile de saisir dans une peinture?

Le titre complet de cette œuvre est Le rêve de ma mère (lundi,19h45 ; mardi, 19h45 ; mercredi 19h45 ; jeudi, 19h45). Pourquoi Katz a-t-il indiqué l’heure dans le titre ? À votre avis, est-il possible de capturer un instant dans une peinture ? Comment celle se distingue-t-elle d’une photographie ?

 

1. Pour avoir une idée claire des dimensions, prenez les mesures qui apparaissent au pied de l’image et comparez-les à la hauteur d’un élève ; vous pouvez aussi leur montrer un bref montage accéléré de l’installation de l’œuvre visible en ligne sur le site https://vimeo.com/60789330.

 

Activités

Capturer l’instant dans la peinture à l’air libre, en plein air

Katz a parlé de son intention de capturer le temps, la lumière et la sensation que lui produit un endroit précis (“le temps présent”) dans ses peintures. Pour créer ces œuvres, il a peint des études à l’air libre qui rappellent à l’esprit la fraîcheur de l’instant. Essayez ceci avec vos élèves.

Allez avec eux dans un parc ou un jardin avec du papier et des peintures de couleurs. Demandez aux élèves de choisir une petite section de l’endroit et de passer un moment à l’explorer. Demandez-leur de réaliser une esquisse de cet endroit pendant environ 30 minutes, en notant le lieu pour qu’ils puissent revenir plus tard.

Les élèves devront revenir au même endroit trois fois de plus, à des heures différentes de la journée ou dans d’autres conditions météorologiques, pour confectionner chaque fois un nouveau dessin.

À la fin du processus, comparez les quatre dessins. Que voit-on dans chaque composition ? Comment l’image a-t-elle évolué ?

Demandez aux élèves d’écrire sur le processus.Chaque élève doit choisir un des quatre travaux et écrire une lettre à un ami en parlant du dessin. Ils doivent décrire le processus artistique, ses défis et ses réussites, et raconter comment se sentent-ils face au travail réalisé et pourquoi ils ont décidé d’envoyer justement ce dessin-là.

Katz a intitulé cette œuvre Le rêve de ma mère (lundi,19h45 ; mardi, 19h45 ; mercredi,19h45 ; jeudi,19h45). Quel titre auraient-ils donné à son dessin ? Les élèves devront expliquer leur choix à un autre élève.

Réfléchissez sur les œuvres d’art. Lisez avec vos élèves à voix haute ce texte de Katz :

“Les premières petites esquisses me plongent dans un état de ‘temps présent’. Et j’essaie de développer cette sensation dans les grandes toiles pour maintenir cette sensation de présent. Ceci est courant avec la musique ou une chanson, mais pas autant avec la peinture. Réellement il est quasiment impossible d’y parvenir avec la peinture mais c’est ce que j’essaie de faire” (1).

Après avoir vu les toiles de Katz et commenté cette citation, demandez aux élèves s’ils pensent que l’artiste est parvenu à capter ce “moment présent” dans son œuvre et s’ils croyent qu’ils y seraient parvenus.

 

1. http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/display/artist-rooms-alex-katz

 

VOCABULAIRE

En plein air : terme français équivalent à “à l’air libre” qui s’utilise principalement pour décrire des peintures réalisées à l’extérieur et non pas en atelier.

Paysage : les formes naturelles d’une région ; il peut aussi s’agir d’une peinture ou d’un dessin de cet espace naturel.

Paysage environnemental : expression utilisée par Katz pour se référer à une œuvre d’art dans laquelle, au lieu d’observer la scène à distance, l’observateur se voit plongé dans la peinture, entouré de nature.

 

RESSOURCES

Exposition Alex Katz: Give Me Tomorrow à la Tate St Ives.

http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-st-ives/exhibition/alex-katz-give-me-tomorrow

Site officiel d’Alex Katz: http://www.alexkatz.com

David Salle, “In Conversation: ALEX KATZ with David Salle”, The Brooklyn Rail, 4 mars 2013.
http://www.brooklynrail.org/2013/03/art/alex-katz-with-david-salle

Vidéo de l’installation de la peinture d’Alex Katz Le rêve de ma mère pour l’exposition Landscapes au Museum Haus Konstruktiv de Zurich. https://vimeo.com/60789330

Álex Vicente, “Alex Katz: Contra la marea,” El País, 26 avril 2014.
http://cultura.elpais.com/cultura/2014/04/23/actualidad/1398270110_145847.html