Guggenheim
  • fr +
  • Community
Default image for educational_guide
Introduction

« L'art est, dans un certain sens, comme une épreuve : c'est quelque chose qui te sort des entrailles vers le monde physique et, en même temps, c'est simplement une représentation de tes entrailles »1.

Dans l'espace bref et magique qui s'ouvre entre la naissance et la mort, « l'intervalle lumineux » auquel se réfère l'exposition, le corps humain est soumis à des tensions qui l'écartèlent dans des directions opposées : vers la création et vers la désintégration. C'est pourquoi Dimitris Daskalopoulos dit que « sa collection gravite autour de l'essence de l'être humain ». Il s'intéresse à cette impulsion, à « cette lutte pour créer avant de retourner à l'abîme »2. L'être humain aspire à créer de l'art, à avoir des enfants et à faire quelque chose de durable tandis qu'il descend vers la décomposition et, en dernier lieu, vers la mort. Dans les œuvres de Kiki Smith (née à Nuremberg, Allemagne de l'Ouest, en 1954), la représentation du corps humain symbolise cette lutte.

Pour une bonne partie de l'art et de la littérature, un corps humain (ou son équivalent) désigne globalement l'ensemble de l'humanité. En revanche, avec son travail, Smith préfère se centrer sur le corps non sexué en ajoutant une dimension supplémentaire à son exploration corporelle. Smith utilise les images du corps comme source d'histoires, de métaphores et de réflexion philosophique. Elle s'intéresse à la relation du corps avec la société et avec le monde, par exemple, comme elle l'exprime, au fait de savoir « où se termine notre sécrétion dans l'espace public et où commence à s'infiltrer la sécrétion publique en nous »3. Son œuvre Sans titre (1992), par exemple, représente une figure dressée avec une ouverture abdominale dont émergent des entrailles sous forme d'intestins confectionnés en papier népalais teint. Smith étudie aussi la façon dont les parties du corps peuvent fonctionner indépendamment de l'ensemble et, en tant qu'artiste, « le peu d'information qui est nécessaire pour créer un corps »4. Dans une autre de ses pièces, Guirlande de pâquerettes (Daisy Chain, 1992), une tête et des membres humains sont présentés comme des éléments désagrégés mais reliés entre eux au moyen d'une grosse chaîne de métal.

Notes
1Kiki Smith dans Art21, "Learning by Looking: Witches, Catholicism, and Buddhist Art " Art21, Pbs.org.
2Dimitris Daskalopoulos, cité dans Organizando una galería en mi mente: Dimitris Daskalopoulos con Nancy Spector. In : El intervalo luminoso : D.Daskalopoulos Collection, cat. expo. Bilbao : Musée Guggenheim Bilbao; New York; The Solomon R. Guggenheim Foundation, 2011, p. 25.
3Kiki Smith, Susan Thompson citée dans El intervalo luminoso., Op. cit., p. 189.
4Ibid.

 

Questions
  • Observez l’œuvre de Kiki Smith Sans titre (1992) et demandez à vos élèves ce qu’ils voient dans cette sculpture. Encouragez-les à décrire la posture, le genre et l’attitude de la figure, ainsi que les matériaux employés pour la créer.
  • À leur avis, qu’arrive-t-il à cette figure? Que pensent-ils du choix de Smith des matériaux : papier népalais teint à la main pour les entrailles et papier thaïlandais pour le corps sculpté? (Si possible, apportez des échantillons de ces types de papier pour que les élèves puissent les toucher). Existe-t-il une relation entre les matériaux et le thème, ou pas ? De quelle façon l’œuvre aurait-elle pu changer avec des matériaux différents ?
  • Smith a décrit l’être humain comme « poreux » en raison de la nature du corps physique et de sa relation avec la société. Que veut-elle dire avec cette affirmation ? Essayez d’imaginer les nombreuses significations du mot et comment elles peuvent s’appliquer à cette sculpture.
  • Dans ses sculptures, Smith sépare ou isole fréquemment des parties du corps pour qu’elles fonctionnent comme des symboles. Que peuvent symboliser les différentes parties du corps ?
Activités

Autoportraits symboliques
Pour cette activité, les élèves devront combiner des parties du corps avec objets symboliques, comme l’a fait Kiki Smith.

  • En premier lieu, demandez à vos élèves de nommer des objets symboliques en s’aidant avec l’exercice de compléter des phrases du type « Parfois je me sens comme un/une ________ ». Ou « Parfois je me sens aussi ___ qu’un/une ___ ». Et « J’aimerais être un/une ________ ». Par exemple, les élèves peuvent utiliser des animaux, des aliments ou des outils courants pour exprimer comment ils se sentent.
  • Ensuite, faites-leur imaginer comment combiner les éléments choisis avec une partie de leur corps pour compléter leurs phrases et créer des autoportraits symboliques. Pour les exemples cités plus haut, ils peuvent faire des dessins d’eux-mêmes en remplaçant certaines parties de leur corps par celles d’animaux, des aliments, etc.
  • Demandez à vos élèves de mettre en commun avec leurs camarades leurs autoportraits symboliques et de commenter ce que ceux-ci transmettent. Cette activité peut aussi être réalisée en dessinant mais aussi avec des photomontages numériques (collage de photographies) ou avec Photoshop.


Le corps : exploration

Pour cette activité les élèves devront analyser une partie de leur corps en utilisant différents matériaux et méthodes.

  • Option 1 : Centrez-vous sur une oreille, une partie du corps parfois ignorée. Demandez à vos élèves de dessiner l’oreille de l’un de leurs camarades, ou la leur (à l’aide d’un miroir), et aussi de la modeler dans l’argile. Finalement, faites en sorte que leur représentation, d’une certaine façon, ajoute un niveau supplémentaire de signification (peut-être en incorporant d’autres matériaux à leur dessin ou leur modelage).
  • Option 2 : Centrez-vous sur la main. Remplissez des gants de latex avec du plâtre pour créer la forme générique d’une main pour chaque élève et demandez-leur de réaliser une déclaration personnelle avec cet « appendice neutre », en le modifiant ou en lui ajoutant des matériaux ou des objets trouvés. Ensuite, ils peuvent les mettre en commun.
  • Après avoir réalisé l’une quelconque de ces activités, comparez les résultats avec l’ensemble de la classe. De quelle façon les matériaux transmettent-ils du sens par eux-mêmes et comment leur présence peut-elle modifier le thème ?