Guggenheim
Introduction

VERSION IMPRIMABLE

Harry Callahan (1912–1999)
Reflet du soleil sur l’eau (Sunlight on Water), 1943
Épreuve gélatino-argentique d’époque
8,3 x 11,1 cm
Courtoisie de The Estate of Harry Callahan et Pace/MacGill Gallery, New York

Quand Harry Morey Callahan (Detroit, Michigan, États-Unis, 1912–Atlanta, Géorgie, États-Unis, 1999) assiste en 1941 à un atelier de photographie assuré par Ansel Adams, il est tout de suite impressionné, non seulement par la technique de ses grandioses paysages en noir et blanc, mais aussi par la foi inébranlable d’Adams en la photographie comme forme d’art en elle-même[1]. Cette rencontre pousse Callahan à devenir artiste en utilisant la photographie comme médium. Adams lui insuffle également l’idée qu’il n’est pas nécessaire de voyager pour découvrir des éléments qui nous inspirent, puisque la seule empreinte de nos pieds sur le sol peut être un motif intéressant. C’est ainsi que Callahan commence à faire attention aux détails, aux premiers plans et aux espaces urbains qui l’entourent, aux jeux d’ombre et de lumière et non pas simplement aux objets.

Quasiment tous les matins, il sort de chez lui pour parcourir la ville et prend de nombreuses photos. L’après-midi, il réalise des essais et expérimente avec les meilleurs négatifs de la journée dans sa chambre noire. Ses thèmes favoris sont les détails relevés dans la rues de la ville : la végétation, les câbles téléphoniques, les gratte-ciels... Il choisit un thème, le photographie de très diverse façon et y revient un certain temps après. Le travail de Callahan est profondément lié à sa propre vie. Pendant une période de quinze ans, il a ainsi photographié sa femme, Eleanor, dans toutes sortes d’espaces et de contextes : à la maison, dans les rues de la ville, dans le paysage ; seule, avec sa fille, en noir et blanc et en couleur, nue et habillée, de près et de loin.

Ses scènes se caractérisent par un mouvement de l’appareil et un éclairage uniques, un sens accusé de la ligne et de la forme, de la lumière et de l’ombre[2]. Callahan réalise certaines de ses photographies en exposant le négatif de façon répétée à la lumière. De plus, en déplaçant l’appareil il crée des lignes et des formes avec la lumière, comme s’il dessinait avec elle. D’autres photographies présentent de forts contrastes ; ainsi par exemple, presque toute l’image apparaît blanche ou noire, comme dans Reflet du soleil sur l’eau (1943), où le fond est presque entièrement noir avec quelques lignes blanches qui laissent entrevoir la texture de l’eau. En photographiant les reflets de la lumière du soleil sur l’eau calme, il crée une image délicate qui semble transcender la photographie pour évoluer vers le domaine de la peinture et du dessin. Cette photo montre son intérêt pour la simplicité, les objets et les scènes quotidiennes, qu’il transforme en lignes et en rythmes. Son œuvre prouve que la photographie peut aussi susciter des émotions et raconter une histoire sans nécessité d’images figuratives. Ici, Callahan choisit un fragment de réalité, un reflet de la lumière sur l’eau qui suscite de riches évocations par ses qualités plastiques. En présentant ce détail sans son contexte, il rend plus difficile l’interprétation ; ce type de composition rappelle les œuvres que créent à cette même époque les peintres regroupés dans le mouvement appelé expressionnisme abstrait. En définitive, il s’agit d’une nouvelle façon de regarder et de capter la réalité. De même que les peintres —comme Pollock— réalisent leurs œuvres abstraites, Callahan réduit la nature à de simples et en même temps poétiques lignes et plans de couleur, appliquant ainsi les idées de l’expressionnisme abstrait à la discipline photographique. Il se produit une synergie entre la peinture et la photographie sur la voie de l’abstraction.

Questions

Observez l’œuvre attentivement avant d’en lire le titre. Quels aspects remarquables notez-vous dans l’image ? À votre avis, qu’est-ce que l’artiste a photographié ? Dressez une liste des choses qui vous viennent à l’esprit.

Callahan réalisait des abstractions de la nature dans ses photos. Lisez le titre de l’œuvre ; votre façon de voir la photo a-t-elle changé maintenant que vous savez ce que c’est ? En quoi cette image ressemble-t-elle ou se distingue-t-elle de ce que vous aviez imaginé qu’avait photographié l’artiste? Pourquoi selon vous Callahan choisit-il de représenter la nature de cette façon ?

Callahan réalisait certaines de ses photographies en exposant le négatif de façon répétée à la lumière, obtenant ainsi des contrastes très accusés ; ainsi par exemple, le fond est ici presque complètement noir. Pourquoi à votre avis a-t-il tiré la photographie de cette façon ? Quel effet voulait-il obtenir ? Pensez-vous qu’il a atteint son objectif ? Pourquoi ? Comment changerait la photo si elle était en couleur ? Quelle serait la différence ?

Avec une règle, marquez sur une feuille la taille de l’œuvre (8,3 x 11,1 cm) Comment à votre avis votre perception changerait-elle si elle était dix fois plus grande ? De quelle façon selon vous la taille de l’œuvre influence-t-elle votre regard ?

Activités

Écrivez un conte

Imaginez l’endroit où a été prise la photo Reflet du soleil sur l’eau. Pensez-vous que c’est un lac, une rivière, une piscine, la mer, un réservoir d’eau…? Comment est l’espace qui l’entoure ? Que verriez-vous, entendriez-vous, sentiriez-vous et ressentiriez-vous à cet endroit ? Quelle heure du jour peut-il être ? Vous baigneriez-vous dans cette eau ? Écrivez un conte fantastique avec l’image de Callahan comme cadre.

La vie en photo

Le travail de Callahan est profondément lié à sa propre vie. Il a ainsi photographié sa femme sur une période de quinze ans dans différents espaces : à la maison, dans les rues de la ville, dans le paysage ; seule, avec sa fille, en noir et blanc et en couleur, nue et habillée, de près et de loin. Travaillez avec un ou une camarade pour créer une série de photographies. Vous pouvez utiliser un portable ou un appareil numérique. Avant de commencer, choisissez ensemble le fond, la pose, l’éclairage, les filtres et la perspective que vous utiliserez. Prenez au minimum 20 photos de chacun, puis imprimez-les et observez les résultats. Quelle est la photo qui vous plaît le plus de celles que vous avez prises ? Et celle que vous préférez de celles dont vous êtes le sujet ? Pourquoi ? De quelle façon votre regard sur votre camarade a-t-il changé à la suite du travail que vous avez fait ensemble ?

L’abstraction de la nature

Callahan est l’un des rares photographes qui est associé au courant de l’expressionnisme abstrait. Ses photographies abstraites de la nature des années quarante sont habituellement rapprochées de l’œuvre de Jackson Pollock. Cherchez une toile de ce peintre et comparez-la avec la photographie de Callahan. En quoi se ressemblent-elles et se distinguent-elles ? Avec un appareil numérique ou un portable, essayer de réaliser plusieurs abstractions de la nature. Choisissez votre préférée et décrivez le processus de réalisation. Montrez-la à vos camarades et demandez-leur s’ils reconnaissent ce que vous avez photographié.

Notes

  1. http://www.nytimes.com/1999/03/18/arts/harry-callahan-cool-master-of-the-commonplace-dies-at-86.html
  2. https://www.questia.com/magazine/1G1-18183117/innovative-photographer-strove-to-see-it-different

Vocabulaire

Expressionnisme abstrait : Phénomène artistique apparu aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les œuvres des créateurs appartenant à ce courant reflètent l’expression spontanée de leurs émotions sans se soucier de la réalité physique ni y faire directement allusion.

Liens

http://www.pacemacgill.com/biography.php?artist=Harry%20Callahan
https://www.lensculture.com/articles/harry-callahan-harry-callahan-the-photographer-at-work#slide-8
http://www.tate.org.uk/context-comment/video/tateshots-harry-callahan
http://www.nytimes.com/1999/03/18/arts/harry-callahan-cool-master-of-the-commonplace-dies-at-86.html
https://www.questia.com/magazine/1G1-18183117/innovative-photographer-strove-to-see-it-different
http://www.marcselwynfineart.com/site/wp-content/uploads/2016/10/Harry-Callahan-2012-Press-Release-1.pdf

VERSION IMPRIMABLE