Guggenheim
Introduction

Jean-Michel Basquiat
Eroica, 1987
Acrylique, craie grasse et collage de photocopies sur papier
marouflé sur toile
228,5 x 271,5 cm
Collection particulière
© Estate of Jean-Michel Basquiat. Licensed by Artestar, New York

« Je rature les mots pour qu’ils se détachent ; le fait qu’ils ne soient pas clairs donne envie de les lire ». (1)

Introduction

Pour Jean-Michel Basquiat (New York, 1960–1988), tout ce qu’il trouvait autour de lui était susceptible d’être incorporé à ses peintures. Il s’emparait des signes et des dessins qu’il trouvait en ville, les découpait et les réorganisait pour les transformer en quelque chose de nouveau dans ses tableaux. Parfois aussi il reprenait des images prélevées dans les livres d’anatomie ou d’art préhistorique.

Son intérêt pour l’art, cultivé dès son enfance, lui a permis de se familiariser avec différents styles et mouvements artistiques qu’il a ensuite récupérés et mélangés, à l’instar d’un disc jockey, pour renouveler le langage artistique. Il a ainsi donné un nouveau sens à l’univers du Pop art et adapté la liberté gestuelle du langage expressionniste pour célébrer la culture et l’histoire afro-américaine.

L’œuvre Eroica (1987) contient de nombreuses images appliquées au moyen d’une dense utilisation de la technique du collage. Basquiat a placé et superposé différents mots, phrases, signes, dessins et photocopies, créant ainsi un ensemble de couches qui traduisent un intérêt éclectique à la fois pour la culture de la rue et pour les manifestations culturelles les plus sophistiquées.

Le mot EROICA est repris plusieurs fois dans une sorte de liste qui renvoie à la symphonie nº 3 de Beethoven, également connue sous le nom d’Héroïque. La musique était très importante pour Basquiat qui en fait un thème récurrent de son œuvre. Entre la musique classique, le jazz et le rap, ses goûts musicaux étaient d’ailleurs des plus variés.

L’emploi du graffiti pendant son adolescence a irrigué son évolution artistique postérieure lorsqu’il a commencé à allier texte et image dans ses compositions. Il ne s’est jamais considéré graffiteur, mais a utilisé les mots pour établir un lien avec ce qu’il était et ce qu’il voulait revendiquer. Basquiat voulait utiliser les mots comme autant de traits de pinceau sur le tableau. Les mots, les listes de mots ou les phrases insérés dans ses compositions constituent une partie fondamentale de son travail artistique.2

Au-delà du papier ou de la toile sur cadre, Basquiat peignait souvent sur des matériaux trouvés dans la rue, de type fenêtres, portes ou restes de caoutchouc-mousse, qu’il assemblait avec des barreaux de bois et de charnières et dont il couvrait les surfaces de peinture et de morceaux de papier déchirés, froissés et superposés.

Avec l’expérimentation de nouvelles techniques artistiques et en mélangeant différentes méthodes d’expression, il est parvenu à associer l’art populaire et les beaux-arts et à donner un côté poétique à ses œuvres proche de l’esprit du hip hop de l’époque.3  Le résultat, marqué par un usage intense de traces graphiques et de mots, avive la curiosité du spectateur et le place face à un jeu inextricable de connexions qui suscitent la réflexion sur le monde qui nous entoure.


1. Jean-Michel Basquiat, cat. expo. Lugano, Suisse : Museo d’Arte Moderna Cittá di Lugano, 2005, p. 87.

2. Henry Geldzahler, “Art: From Subways to SoHo, Jean-Michel Basquiat”, in Jean-Michel Basquiat, cat. expo. Lugano, Suisse : Museo d’Arte Moderna Cittá di Lugano, 2005, p. 42.

3. Franklin Sirmans, commissaire indépendant.

Questions

Montrez l’œuvre Eroica (1987) à vos élèves.

Observez la peinture avec attention et décrivez ensemble tous les différents éléments que vous trouvez (dessins, signes, lettres, etc.).

Avec quels matériaux est réalisée l’œuvre ? Essayez d’imaginer quel a été le processus de création qu’a suivi Basquiat. Comment pensez-vous qu’il a commencé la peinture ? Comment, selon vous, a-t-il placé les mots, la peinture et les papiers ? Énumérez les actions qui peuvent se deviner dans le tableau.

Demandez à chacun de vos élèves d’exprimer quelle est la partie du tableau, le dessin, le signe ou la tache de peinture qui leur plaît le plus et pourquoi.

Nombre des signes que nous trouvons dans les œuvres de Basquiat appartiennent au monde des hobos, ces travailleurs nomades sans foyer qui traversaient les États-Unis en laissant des signaux dans les rues pour communiquer entre eux. Croient-ils que ces signes et ces dessins changent en les transposant de la rue à l’œuvre d’art ? Pourquoi ? Cherchez sur Internet les signes utilisés par les hobos et enquêtez sur leur signification. Choisissez un groupe de signes ou de dessins qui apparaissent dans Eroica, 1987, et dessinez-les au tableau. Essayez de trouver des significations similaires à celles qu’employaient les hobos et écrivez-les à côté du dessin.

Lisez à voix haute les mots écrits présents dans l’œuvre. Essayez de former des phrases pour construire un récit qui donne du sens à l’œuvre.

Basquiat est parti du mot Eroica pour confectionner une liste avec lui. Pourquoi avons-nous l’habitude faire des listes ? Énumérez les moments de la vie quotidienne où nous dressons des listes.

Pourquoi, selon les élèves, certains mots sont-ils raturés ? Dans l’œuvre, en plus des mots raturés, nous trouvons des zones de peinture qui semblent tachées et qui nous empêchent de voir ce qu’il y a dessous. À leurs avis, que peut-il y avoir sous ces taches ?

Lorsque Basquiat a peint ce tableau, dans quelle humeur pouvait-il se trouver ? Raisonnez vos réponses.

La musique était très importante pour Basquiat. Outre qu’il faisait partie d’un groupe de musiciens et qu’il a aussi fait le DJ, il se servait de la musique comme source d’inspiration. Quelle musique a pu écouter Basquiat en réalisant cette œuvre ? Pourquoi ?

Activités

Découpes

Basquiat a souvent utilisé la « technique de la découpe » ou « cut-up », dans le sillage de l’écrivain américain William Burroughs (St. Louis, Missouri, États-Unis, 1914–Lawrence, Kansas, États-Unis, 1997), qui consiste à réorganiser un écrit pour produire à partir de là un nouveau texte. Il puisait son inspiration dans tout ce qui l’entourait, mélangeait, découpait et réorganisait de façon à obtenir de nouvelles images.

Donnez à chaque élève une photocopie de l’œuvre Eroica (1987), de Basquiat. Chaque élève y découpera le signe, le symbole ou le fragment de peinture qui l’intéresse le plus.

Chaque découpe sera ensuite collée sur un morceau de papier ou de toile, comme une fresque murale, de façon à créer un collage et à donner lieu à une nouvelle œuvre. Sur les papiers collés ils peuvent peindre avec des temperas ou de la peinture acrylique pour structurer peu à peu la composition.

Une fois le travail terminé, comparez l’œuvre de Basquiat à la nouvelle peinture créée par eux. Quels apports ou signification différentes trouvent-ils dans la nouvelle peinture ?

De la rue à l’œuvre d’art

Faites avec vos élèves une sortie. Parcourez avec eux une zone du village ou de la ville à la recherche de signes, de mots ou de phrases. Les élèves noteront sur un carnet ce qu’ils trouvent.

Une fois en clase, dressez une liste avec les mots et les signes trouvés. Inventez pour les mots trouvés un symbole et pour les signes trouvés une signification.

Quelle relation y a-t-il entre les mots et les symboles trouvés et le mode de vie dans le village ou la ville ?

Faites des photocopies des listes créées et de leurs symboles et découpez-les.

Cherchez du bois ou des vieux cartons pour servir de support à un tableau. Préparez le support en le peignant à l’acrylique. Collez dessus en les superposant les photocopies des mots et des phrases qui peuvent être composées avec eux, ainsi que les dessins et les symboles. Continuez l’œuvre en ajoutant des traits de peinture et d’autres dessins en accord avec le thème qui se dégage de l’œuvre en cours. Utilisez de la peinture acrylique, des brosses, pinceaux, crayons ou feutres, de la colle, etc.

Une fois le travail terminé, observez ensemble l’œuvre et réfléchissez sur les connexions entre celle-ci et la ville ou le village où ils vivent.

Musique

Choisissez 3 airs de musique ou chansons différentes pour les faire écouter à vos élèves. L’un d’eux sera un air classique, le second sera un air de jazz et le troisième un rap.

Sans dévoiler le titre de chacune des compositions, demandez à vos élèves, tout en écoutant la musique, de dessiner et de peindre quelque chose inspiré par la chanson.

Placez les dessins au mur de la salle de classe en les classant par chanson et essayez de trouver d’éventuelles connexions entre elles. En révélant le nom de la chanson, créez de petites histoires dessus.

Mélangez maintenant les dessins des différentes chansons pour susciter un autre type d’histoires.

Laquelle de toutes les histoires est la plus intéressante ? Discutez ensemble.


VOCABULAIRE

Collage : Technique artistique qui consiste à coller divers fragments de matériaux sur une surface. Cette technique fut inventée par Pablo Picasso et George Braque lorsqu’ils commencèrent à introduire des papiers collés dans leurs compositions.

Graffiti : Inscription, peinture ou dessin souvent anonyme à contenu en général critique gravé ou écrit sur les murs de lieux publics.

Hip hop : Mouvement artistique apparu aux États-Unis à la fin des années 1960 dans les communautés afro-américaines et latino-américaines des quartiers populaires new-yorkais de Bronx, Queens et Brooklyn. Il est associé à d’autres manifestations alternatives comme le break dance ou le graffiti.

Pop art : Mouvement artistique né dans les années 1950 qui explore le monde de la culture populaire, d’où son nom. Les artistes Pop s’emparent des techniques, du style et des images de la reproduction en série, des médias et de la société de consommation et s’inspirent de la publicité, des magazines sensationnalistes, des panneaux publicitaires, de la télévision, des BD et des vitrines de magasin. Ces images, qu’ils détournent avec humour, ingéniosité et ironie (parfois en les transformant), peuvent être interprétées comme une célébration ou une critique de la culture populaire.


RESSOURCES WEB

Pop art :
http://www.guggenheim-bilbao.eus/exposiciones/arte-pop/
http://www.theartstoret.org/movement-pop-art.htm

Expressionnisme abstrait :
http://www.guggenheim-bilbao.eus/exposiciones/las-vanguardias-y-el-expresionismo-en-el-siglo-xx/
http://www.guggenheim-bilbao.eus/exposiciones/informalismo-y-expresionismo-abstracto-en-las-colecciones-guggenheim/

Hip hop :
http://www.danzaballet.com/cultura-hip-hop/
https://gohanrecords.wordpress.com/historia-del-hip-hop/

Technique de la découpe :
http://faenaaleph.com/es/articles/cut-up-la-tecnica-creativa-que-utilizaron-burroughs-dylan-bowie-y-cobain/

Hobos :
http://www.design-is-fine.org/post/71449328822/henry-dreyfuss-hobo-code-from-his-book-setmbol
http://cultura.elpais.com/cultura/2014/08/07/actualidad/1407393735_054865.html
http://outsidermag.blogspot.com.es/2010/01/simbologia-hobo.html