HÉROS ET SAINTS

« La couronne de Jean-Michel a trois pointes, une pour chacun de ses trois lignages royaux : le poète, le musicien et le champion de boxe. Jean mesurait ses habiletés avec quiconque qu’il considérait fort, sans préjugés quant à ses goûts ou son âge ».
—Francesco Clemente, artiste

Basquiat remet en question l’histoire occidentale en créant des images qui glorifient l’homme noir comme roi ou comme saint. En employant le motif caractéristique et récurrent de la couronne, l’artiste affirme la majesté de ses héros : sportifs, musiciens et écrivains. Inspiré par leurs succès, Basquiat considérait leur travail comme une continuation de ce noble lignage et se représente lui-même souvent dans ses autoportraits portant la même couronne. Ce symbole adopte différentes formes : un halo ou encore une couronne d’épines, que l’artiste utilise pour souligner le martyr qu’on associe habituellement à la sainteté. Pour Basquiat, ces héros et ces saints sont des guerriers, qu’il représente parfois les bras levés, triomphants et victorieux.,