Guggenheim

À partir du 17 février 2021, le Musée Guggenheim Bilbao présente l'installation de l'œuvre de Lucio Fontana intitulée Structure en néon pour la IXe Triennale de Milan (Struttura al neon per la IX Triennale di Milano, 1951), qui sera exposée en continu dans l'Atrium du Musée pendant les prochains trois ans. Cette présentation exceptionnelle est le fruit d'une collaboration entre la Fondazione Lucio Fontana, Milan, et le Musée Guggenheim Bilbao.

Tout au long de son inimitable carrière, Lucio Fontana (Rosario, Argentine, 1899 – Varese, Italie, 1968) fit de l'espace un sujet de recherche et de méditation permanent, qu'il explorait dans de multiples environnements en utilisant une palette de matériaux très différents. Après avoir lancé le mouvement spatialiste et son retour en Italie en 1947, Fontana s’est progressivement tourné vers l'abstraction et l'expérimentation radicales. Pionnier dans l'utilisation du vide en tant que générateur et élément différentiel de l'œuvre d'art, Fontana a été une figure emblématique pour de multiples groupes avant-gardistes — dont le groupe international Zero — faisant aussi figure de référence majeure pour les artistes des générations suivantes, notamment Yves Klein, Jorge Oteiza et Jesús Rafael Soto. Bien que Fontana soit connu dans le monde entier pour ses toiles monochromes éblouissantes, entaillées et perforées, il s'est toujours dit sculpteur et il abordait chaque œuvre comme une expérience complète englobant la couleur, le mouvement, le temps, la profondeur, le volume, la matière et la lumière.

La Structure en néon pour la IXe Triennale de Milan peut, en ce sens, être considérée à la fois comme un dessin, une sculpture, une création lumineuse et un trait expressif figé dans l'air. C'est aussi l'une des approches les plus percutantes de la convergence entre art et technologie au XXe siècle. Réalisée dans un matériau surprenant pour les standards esthétiques de l'époque, cette sculpture était une commande spéciale pour le hall d'entrée de la Triennale de Milan en 1951. Il est probable qu’avec son dessin au néon dans l’espace, Fontana répondait aux célèbres "dessins lumineux" réalisés par Pablo Picasso et le photographe Gjon Mili en 1950.  En suggérant d’utiliser la lumière électrique comme matériau atypique et inédit dans les formes artistiques classiques, ses cent mètres de néon ondulés et chaotiques ont servi à Fontana pour proposer un tour de force aux capacités techniques de l'industrie de l'époque, mettant ainsi en pratique l'une des revendications du manifeste spatialiste de 1948 : « Avec les moyens de la technologie moderne, nous ferons apparaître dans le ciel des formes artificielles / des arcs-en-ciel étonnants / des affiches lumineuses. » La rédaction du deuxième manifeste de ce mouvement par Fontana coïncidait, en fait, avec la création de son immense œuvre en néon. Cela permettait d’allier, de manière inattendue, l'esthétique baroque — que l'artiste admirait particulièrement depuis sa jeunesse — au développement technologique de l'ère spatiale.

Installée dans l'Atrium du Musée Guggenheim Bilbao, la complexité de la Structure en Néon pour la IXe Triennale de Milan trouve un interlocuteur exceptionnel, à savoir le bâtiment emblématique de Frank Gehry, dont les croquis griffonnés sur papier ont une certaine familiarité avec les arabesques spatiales de Fontana. En raison de sa luminosité et de sa taille, l'imposant néon bouscule la perspective et la distance, offrant au spectateur une expérience plus intense de l'architecture, perceptible de l'intérieur comme de l'extérieur du Musée. La présentation de cette œuvre dans ce cadre exceptionnel pour les années à venir signale l’importance de Fontana dans la constellation des Musées Guggenheim, et constitue la conclusion de la rétrospective Lucio Fontana. Sur le seuil, présentée à Bilbao en printemps 2019.

Curateur : Manuel Cirauqui

Structure en néon

Time-lapse (en accéléré) de l’installation de la Structure en néon pour la IXe Triennale de Milan de Lucio Fontana dans l’Atrium du Musée Guggenheim Bilbao.