Un artiste autodidacte

Un artiste autodidacte

Francis Bacon avait une façon peu conventionnelle d’aborder le processus de création picturale : il réalisait rarement des croquis préparatoires et peignait toujours directement sur la toile vierge. Il ne reçut aucune formation académique officielle et son atelier de Reece Mews fut pratiquement le seul endroit où il produisit son œuvre.

Bacon s’inspira principalement d’œuvres d’artistes classiques et modernes. Son entourage intime, ses relations amoureuses, ses amis et sa famille, jouèrent également un rôle important dans sa production en tant que modèles mais en lui prêtant aussi leur soutien personnel et financier. Sa cousine Diana Watson notamment fut l’une des premières à acheter ses pièces. Quand il s’installe à Londres en 1929, Bacon fait la connaissance d’Eric Allden, qui sera son premier compagnon sentimental et aussi un collectionneur de ses œuvres. En 1930, il se lie d’amitié avec l’artiste australien Roy de Maistre, qui devient rapidement son mentor.

Le talent éblouissant de Vélasquez et de Picasso eut une influence majeure sur Bacon, qui décida de se consacrer à la peinture après avoir visité une exposition du peintre de Málaga, Pablo Picasso, à la Galerie Paul Rosenberg, de Paris, en 1927. Il s’inspira du Portrait du pape Innocent X (1651) de Vélasquez pour sa série de toiles représentant l’image d’un pape en train de crier. Bacon avait tant d’admiration pour Vélasquez qu’il ne voulut pas voir le tableau original du maître espagnol lorsqu’il se rendit à Rome dans les années cinquante, par peur de ne pas être à la hauteur.