Guggenheim
Introduction

Omar Victor Diop
Mame, de la série Le Studio des vanités (The Studio of Vanities), 2014
Impression jet d’encre de pigment sur papier Harman de Hahnemühle, 93 x 93 cm
Courtoisie Galerie Magnin-A, Paris
©Victor Omar Diop, 2014

“Voici les nouveaux visages des cultures urbaines du continent. Ils sont noirs, arabes, blancs, qu’importe. Ils sont créatifs et ambitieux, mais surtout, ils travaillent à faire de leurs visions une réalité. Je dresse le portrait d’une génération qui œuvre à positionner l’urbain africain en tant que creuset de la création contemporaine, lieu d'échanges et de production ”. —Omar Victor Diop(1)

 

INTRODUCTION

Tout jeune, Omar Victor Diop (Dakar, Sénégal, 1980) s’intéresse à la photographie et au design comme moyens pour refléter la diversité de l’Afrique contemporaine, de ses sociétés et ses styles de vie. En 2010, il commence à expérimenter avec la photographie de rue et rencontre très vite le succès avec son premier projet, Mode 2112, le futur de la beauté (Fashion 2112, the future of beauty), qui le pousse à abandonner sa carrière dans la communication d’entreprise pour se consacrer uniquement à la photographie(2).

L’inspiration artistique de Diop se nourrit de la large palette de cultures de sa terre natale, où il vit. À propos du Sénégal, il a déclaré : “C’est probablement le pays le plus ouvert d’Afrique. Dans mon enfance et mon adolescence... nous regardions Michael Jackson, les vedettes locales et nous écoutions de la musique arabe. Cela a beaucoup influencé ma conception du monde”(3).

Diop, qui est autodidacte, pense que le manque de préparation formelle lui donne plus de liberté pour élaborer sa propre vision(4). Il travaille avec divers médiums, comme les beaux-arts, la mode, la publicité et les portraits, et aime mélanger la photographie avec d’autres formes d’art, comme le design de costumes, le stylisme et l’écriture créative(5). Il explique que son travail naît de la mode et du design d’hier et d’aujourd’hui tout en se projetant et en s’ancrant dans le futur(6).

Dans la série Le Studio des vanités (The Studio of Vanities), Diop tire le portrait d’une génération de jeunes créateurs de toute l’Afrique, stylistes, chefs, DJ et blogueurs. Il veut se plonger dans les facettes les moins connues du patrimoine, de l’histoire et de la culture de l’Afrique, alimentant ainsi un dialogue interne : celui de son identité en tant qu’artiste et personne(7). L’objectif du Studio des vanités est d’aller au-delà de la pure représentation esthétique de la beauté de la jeunesse : ses modèles sont des personnes de talent dont la vie fourmille d’échanges créatifs. Avec eux, Diop espère projeter une image différente de son pays.

Afin d’attirer l’attention sur la florissante production artistique et la scène culturelle branchée de Dakar, au Sénégal, Diop a voulu réaliser au minimum cent portraits pour la série Vanités(8). Il choisit soigneusement l’arrière-plan, les imprimés, les costumes et les accessoires pour mettre en relief la personnalité du modèle et en souligner les références culturelles. Mais l’image définitive se décide au moment même de réaliser le portrait en convenant avec le modèle du choix de la pose, du fond et des objets. Cette démarche collaborative aide Diop à cerner l’essence de chaque personne et à s’assurer que ce sont toute la diversité et l’énergie conquérante de la scène culturelle actuelle dakaroise qui sont appréhendées(9).

 

1. http://www.omarviktor.com/#!copy-of-the-studio-of-vanities/c128k

Questions

Montrez Mame (2014)

Décrivez la pose, l’expression faciale et la tenue de la femme. Que nous -disent-ils de cette personne ?

Mame-Diarra Niang (Lyon, France, 1982), la femme photographiée par Diop, est une plasticienne d’origine africaine. Pourquoi, à votre avis, Diop a-t-il décidé de la photographier ainsi ? Imitez sa pose. Comment vous sentez-vous ? Il semble que Niang regarde directement l’observateur. Si vous pouviez parler avec cette personne, que lui diriez-vous ?

Dans la série Le Studio des vanités, Diop photographie une génération de jeunes créateurs de toute l’Afrique. Pourquoi, à votre avis, a-t-il choisi ce thème ? La pose, l’arrière-plan et les accessoires sont choisis par Diop et le modèle ensemble. Pourquoi, à votre avis, Diop tient-il compte de l’opinion du modèle ? Comment, selon vous, la photo changerait-elle si Diop imposait le lieu, la tenue et la pose ? Si vous deviez être pris en photo, quelle pose vous conviendrait-elle le mieux ? Pourquoi ? Quelle tenue, quels accessoires et quel fond préfèreriez-vous ? Pourquoi ?

 

Activités

Quelle tenue vous représente-t-elle le mieux ?

En vous inspirant de la tenue que porte la femme photographiée, choisissez un vêtement qui vous représente et un arrière-plan coordonné. Pensez d’abord à ce qui peut aller bien avec le stylisme et créez un patron que vous pourrez répéter pour représenter le fond. Faites une esquisse aux crayons de couleur. Une fois prêtes, sur un carré de 1 m x 1 m de papier strass, peignez un fond en utilisant des tempéras. Quand il sera sec, apportez la tenue choisie en classe et, par groupes de deux, réalisez des portraits avec les fonds correspondants. Avant de prendre la photographie, choisissez la pose, l’expression et l’éclairage à utiliser. Comment ces décisions aident-elles à transmettre la personnalité du modèle ?

 

Description de la personne

Dans la série Le Studio des vanités, Diop photographie une génération de jeunes créateurs culturels de toute l’Afrique. Allez sur son site et choisissez un portrait : www.omarviktor.com/ – !copy-of-the-studio-of-vanities/c128k. En regardant la photographie, quelles caractéristiques du modèle transmet-elle ? Demandez à vos élèves d’écrire une brève description de la personne en imaginant quelles peuvent être sa famille, ses divertissements et son travail. Ils peuvent chercher des informations sur la personne photographiée et expliquer pourquoi ils ont choisi cette personne. Qu’est-ce qui a attiré leur attention ?

 

Représenter ma communauté

L’objectif de Diop est de projeter une image différente de son pays. Demandez à vos élèves de choisir, par groupes de deux, quelqu’un pour représenter leur pays, leur ville ou leur peuple ; il peut aussi s’agir d’une personne dont ils veulent contester les opinions. Réalisez un portrait-collage avec des photos recueillies dans des magazines, des journaux et sur internet. Ensuite, ils peuvent chercher le fond et les accessoires qu’ils veulent ajouter. Le résultat final sera présenté devant la classe et ils devront expliquer les raisons pour lesquelles ils ont choisi la personne et les éléments qui composent le portrait.

 

À fond : projet de recherche

En utilisant la photographie de studio, Diop rejoint la tradition du portrait africain, illustrée par Malick Sidibé (Soloba, Mali, 1936) et Seydou Keïta (Bamako, Mali, 1921–Paris, 2001). Sidibé et Keïta étaient des photographes commerciaux qui ont travaillé à Bamako, au Mali, entre les années quarante et soixante-dix. À partir des années quatre-vingt-dix, ils ont fait l’objet d’une reconnaissance internationale pour leurs extraordinaires portraits de membres de la communauté locale de Bamako. Dans ses œuvres, Diop rend hommage à ces pionniers sans pour autant négliger les techniques contemporaines. Encouragez les élèves à enquêter sur Sidibé et Keïta. Comparez leur travail avec celui de Diop. Quelles ressemblances et quelles différences trouvent-ils ?

 

VOCABULAIRE

Photographie de rue : Photographie réalisée dans l’espace public qui a généralement pour sujet les personnes.

RESSOURCES

Sabine Cessou, “Omar Victor Diop on Dakar’s Spectrum of Possibilities”, TRUE Africa, 1er septembre 2015.
http://trueafrica.co/article/omar-victor-diop-on-dakars-spectrum-of-possibilities/

Fondation Sur, Département Afrique, “Omar Victor Diop, el nuevo rostro de la fotografía en África”, 7 septembre 2014. www.africafundacion.org/spip.php?article17901#.U71cncVKG9g.twitter (en espagnol)

Page Facebook d’Omar Victor Diop
www.facebook.com/omarvictor.diop

Omar Victor Diop, entretien sur Le Studio des vanités et le portrait de Mame-Diarra Niang photo shoot.
http://african-lions.arte.tv/omar-victor-diop-photographe

Radio Nova, Omar Victor Diop: New African Portfolio. www.youtube.com/watch?v=x2_tj-f1oOM (vidéo en français)

Compte Twitter d’Omar Victor Diop
https://twitter.com/omarvictordiop

Site d’Omar Victor Diop
www.omarviktor.com

Ana Pérez-Bryan, “El arte, puente y pasarela con África”, Diario Sur, 28 mars 2014. www.diairesur.es/v/20140328/cultura/arte-puente-pasarela-africa-20140328.html (en espagnol)