Guggenheim

Vassily Kandinsky passe son enfance dans sa ville natale, Moscou et à Odessa (alors en Russie mais actuellement en Ukraine), où sa famille lui transmet le goût de l'art et de la musique. Il étudie le droit et l'économie avant de changer de cap en 1895 et devenir directeur de l'atelier d'arts graphiques Kouchnerev de Moscou. Un an plus tard, ému par une exposition sur l'impressionnisme français et un opéra de Wagner, il décide de s'installer à Munich pour se consacrer à l'art. Ses souvenirs de Russie, comme la joyeuse décoration du mobilier et les images de dévotion des maisons paysannes, le récit romantique, la poésie lyrique, le folklore et la fantaisie, imprègnent ses premières œuvres.

Kandinsky et sa compagne, l'artiste allemande Gabriele Münter, ont beaucoup voyagé en Europe et en Afrique du Nord entre 1904 et 1907 avant de revenir s'installer à Munich en 1908. Les éléments inhérents à la gravure, notamment les formes clairement délimitées et la perspective aplatie, foisonnent dans les paysages bavarois colorés qu'il peint entre 1908 et 1909. Ces œuvres se distinguent nettement des exercices néo-impressionnistes précédents, où il peignait au moyen de petites touches de couleur.

Pendant son séjour à Munich, Kandinsky dirige les plus grands groupes d'avant-garde de la ville, comme La Phalanx et la Nouvelle association des artistes munichois (Neue Künstlervereinigung München), et il publie plusieurs traités fondamentaux, comme Du spirituel dans l'art (Über das Geistige in der Kunst). En 1911, Kandinsky et Franz Marc fondent le Cavalier bleu (Der Blaue Reiter), une société d'artistes hétérogène intéressés par le potentiel expressif de la couleur et la résonance symbolique – souvent spirituelle – de la forme.

En 1913, les motifs récurrents de Kandinsky – comme le cheval et le cavalier, les collines, les tours et les arbres – sont relégués par les lignes et les couleurs. Alors que les contours calligraphiques et les formes rythmiques dissimulent de plus en plus ses débuts figuratifs, Kandinsky plonge dans l'abstraction et formule ce qu'il dénommera "le pouvoir caché de la palette".