Guggenheim

Au début des années 1950, Arthur Drexler décrivait les automobiles comme des « sculptures creuses sur roues ». Cette salle vient illustrer cette citation en présentant les quatre automobiles les plus belles du xxe siècle à côté des sculptures de deux des plus grands artistes de cette même période : Figure couchée, de Henry Moore, définie par la douceur de ses courbes, et le colossal mobile d’Alexander Calder, 31 janvier, au mouvement fluide et incessant.

Chacune de ces automobiles se distingue par l’excellence de sa technique — deux d’entre elles sont estimées être les véhicules de série les plus rapides de la route —, mais ce qui est souligné ici, c’est la beauté de leurs lignes fluides.

Tout comme les grandes oeuvres d’art, la Bugatti Type 57SC Atlantic, l’Hispano-Suiza H6B Dubonnet Xenia et la Pegaso Z-102 Cúpula possèdent une valeur exceptionnelle d’éditions limitées réalisées pour des connaisseurs. Quant à la Bentley R-Type Continental, même si elle a été produite en série, seuls quelques 200 exemplaires furent réalisés. On observe une autre analogie entre ce travail et celui de l’atelier d’artiste dans la carrosserie de ces automobiles, façonnées une par une par des artisans qui ont fait ployer à la main le métal pour en créer les courbes composées. L’Atlantic, conçue par Jean Bugatti, est indissociable d’une famille plongée pendant des générations dans l’univers de l’art et de l’architecture. La sculpture Panthère à l’affût, due à l’artiste Rembrandt Bugatti, oncle de Jean, est ici présentée à côté de l’automobile. Cette mise en regard permet d’apprécier la façon dont les deux créations évoquent le mouvement.