Guggenheim

Alyson Shotz a obtenu une maîtrise en beaux-arts à l'Université de Washington à Seattle et une licence en peinture à la Rhode Island School of Design en 1987, après avoir étudié brièvement la géologie à l'Université du Colorado. Depuis, l'artiste s'intéresse à la recherche scientifique sur l'espace. Dès ses premières créations sculpturales au milieu des années 1990, le travail de Shotz se caractérise par l'utilisation de multiples matériaux - synthétique, textile, métaux – grâce auxquels elle explore les modes de perception de l'espace, les limites de l'expérience et les phénomènes physiques de base comme la gravité, la tension et le mouvement. Dans une déclaration récente, l'artiste commentait les dernières découvertes scientifiques selon lesquelles la matière ne constitue que 4% de la masse existant dans l'espace : « Mon travail a commencé par une question concernant l'espace : qu'est-ce que l'espace, de quoi est-il fait, comment forme-t-il tout ce que nous voyons autour de nous ? La substance de l'espace nous échappe. Une grande partie de mon travail tend à montrer cet espace vide et à représenter la gravité et la lumière. Je considère ces forces naturelles comme les matériaux de base qu'un sculpteur peut utiliser ».

Objet de reflexion (Object for Reflection, 2017) est composé d'un milliard de petites pièces d'aluminium perforé qui sont serties d'anneaux en acier et qui en contact avec la lumière, agissent comme les pixels sur un écran, et créent une vibration constante et subtile. Les scintillements métalliques contrastent avec les ombres du dos, où  on peut apprécier les multiples nuances d'obscurité sur le métal. Objet de réflexion est perçu comme une sculpture de grandes dimensions dont la verticalité, architecturale et textile, noue un dialogue avec l'architecture iconique du Musée Guggenheim Bilbao. L’œuvre répond en même temps et avec intensité au contexte lumineux et au mouvement des spectateurs qui tournent autour. Pour ce faire, Alyson Shotz a remplacé le volume solide par les plis fantaisistes d'un matériau souple, le poids par l'apesanteur, la rigidité par la malléabilité, l'opacité par une semi-transparence variable. Comme l'a expliqué l'artiste elle-même lors de la présentation d’Objet de Réflexion au Musée Guggenheim Bilbao, le point de départ de son œuvre est la sculpture monumentale moderne faite de matériaux métalliques dans le but de reformuler son rôle traditionnel et sa valeur. Au fur et à mesure que l'autorité de son poids diminue, sa complexité s'accroît dramatiquement.