Guggenheim
the irascibles group

Après le crac boursier de New-York en 1929, le président Franklin D. Roosevelt adopta une série de mesures pour faire face à la Grande Dépression et reconstruire l’économie des États-Unis. S’efforçant de garantir les revenus de millions de citoyens au chômage, le Gouvernement mit en place la Works Progress Administration (WPA) en 1935 dont la mission consistait à créer des postes de travail dans le secteur des travaux publics à travers tout le pays. La même année naquit, rattaché à la WPA, le Federal Art Project (FAP), un programme qui soutenait les artistes et finançait les projets qui faisaient la promotion de l’esprit américain et de ses valeurs : le travail, la communauté et l’optimisme.

L’une des initiatives parrainées s’inspirait d’une stratégie lancée par le Gouvernement mexicain quelques années auparavant qui avait commanditer des artistes comme David Alfaro Siqueiros, José Clemente Orozco et Diego Rivera afin qu’ils retracent l’histoire et les idéaux de la Révolution mexicaine sur les murs des édifices et des espaces publics du pays. Leurs immenses peintures murales qui égayèrent les rues des villes et villages mexicains, servirent de source d’inspiration pour les centaines d’artistes qui travaillèrent au FAP jusqu’à la fin du programme en 1943, dont Willem de Kooning, Arshile Gorky, Philip Guston, Lee Krasner, Jackson Pollock et Mark Rothko. Ces peintures murales allaient embellir les parois des bureaux de poste, des édifices nationaux et fédéraux, des écoles, des bibliothèques et des aéroports dans tout le pays. Certaines d’entre elles sont encore visibles actuellement comme c’est le cas dans les villes de New-York, Chicago, San Francisco et Boston.

Avant la création de la WPA, l’influence des muralistes mexicains était déjà considérable. En 1933 Nelson Rockefeller chargea Diego Rivera de peindre une fresque gigantesque dans le hall d’entrée du flambant neuf Rockefeller Center de Manhattan. Après avoir signé le contrat, l’artiste modifia à plusieurs reprises l’idée originelle et présenta finalement L’homme à la croisée des chemins, une fresque foisonnant de références communistes (drapeaux rouges, manifestations, portrait de Lénine, etc.). Raison pour laquelle et bien que Rivera ait perçu tous ses honoraires, l’œuvre ne vit jamais le jour et fut finalement détruite en 1934.

Portrait du groupe d’artistes dénommé « Les Irascibles » : Willem de Kooning; Jackson Pollock ; Adolph Gottlieb ; Ad Reinhardt ; Robert Motherwell ; Clyfford Still ; James C.Brooks ; Hedda Sterne ; Jimmy Ernst ; Bradley Walker Tomlin ; Richard Pousette-Dart ; Barnett Newman ; Theodoros Stamos ; William Baziotes ; Mark Rothko, Novembre 1950.
Photo : Nina Leen. Getty Images