Guggenheim
mos
Exposition passée

Comment l’architecture peut-elle transcender la simple construction ? Cette question, presque une énigme, est aussi ancienne que la propre architecture. Tandis que l’histoire du discours architectural s’est toujours attachée à répondre à cette question, une formule revient inlassablement : l’architecture a ses effets. Mais loin de toucher seulement ce qui existe, elle produit du nouveau, du moins en théorie, même si les exemples pratiques sont rares. Lorsqu’un bâtiment a des effets réels, en honorant l’éternelle promesse de l’architecture, il change le cours de l’histoire.

C’est le cas du Musée Guggenheim Bilbao construit en 1997. La transformation de la ville en raison du tourisme mondial, ainsi que la redéfinition du rôle du musée en tant qu’icône du changement social et culturel, a engendré le dénommé « effet Bilbao ». Pionnier dans l’utilisation de la technologie numérique dans la conception, la construction et la diffusion d’images, le bâtiment érigé par Frank Gehry établit un nouveau modèle quant aux effets de l’architecture en utilisant les mêmes outils qui allaient bouleverser nos vies dans les années suivantes.

Architecture Effects est une exposition sur l’architecture, l’art et la création de narrations consacrée à la magie quotidienne qui fait partie de nos attentes deux décennies plus tard. Cette exposition explore les effets qui imprègnent le quotidien, à partir du substrat logistique et matériel de notre monde jusqu’à englober des questions liées à l’identité, à la conscience et au rituel.

Trois territoires reliés entre eux constituent l’exposition : Airlock, Jardin et une dimension numérique baptisée Bulle, disponible pour le visiteur à travers une application gratuite. L’expérience que propose cette exposition est conçue comme un va-et-vient incessant entre la spéculation historique et la conjecture futuriste, en permettant aux visiteurs de se sentir hyper connectés dans l’espace et le temps par le biais du corps et de l’esprit. Ainsi, à partir des œuvres et des objets présentés, elle fournit un cadre destiné à stimuler aussi bien la réflexion du spectateur que son interaction avec les pièces.

MOS 

Une tente sans signal (A Tent without a Signal), 2018
Tissu et structure métallique
Dimensions variables
Courtoisie de MOS Architects, New York, avec la collaboration Technologique de Stoll

Le saviez-vous...?

FRANK GEHRY

Frank O. Gehry (1929) concibió el edificio del Museo Guggenheim Bilbao utilizando CATIA, un software originario de la industria aeroespacial que ningún arquitecto había usado antes. El revestimiento de titanio es otra técnica constructiva poco convencional de mediados de los años noventa que fue utilizada por primera vez por Gehry en este edificio, recubierto por cerca de 33.000 placas de este material.
En savoir davantage

NINA CANELL

Nina Canell (1979) met en contact des objets matériels avec des forces immatérielles, comme la lumière, la pesanteur ou l’atmosphère, de manière à provoquer une transformation de l’objet initial. L’interaction entre tous les éléments est ici primordiale, comme dans sa série Gaines perdues (Shedding Sheaths). Ses travaux mettent en scène des éléments de peu de valeur économique ou des détritus, comme des câbles électriques, des néons, des clous, des chewing-gums, des cordes, des morceaux de bois ou de la fibre optique, récupérés dans la mer ou sur les plages.
En savoir davantage

FRIDA ESCOBEDO

Frida Escobedo (1979) est une architecte qui allie artisanat et technologie en employant des matériaux traditionnels en mode innovant. Chaque année, la Serpentine Gallery de Londres choisit un architecte prestigieux pour créer un pavillon temporaire. En 2018, Escobedo a été l’architecte sélectionnée et signe un projet où la tuile en béton est la principale matière première.
En savoir davantage

MIKEL ESKAURIAZA

Mikel Eskauriaza (1969) est un photographe passionné par la transformation expérimentée par la ville de Bilbao et ses alentours durant les dernières décennies. Dans ses œuvres, les archives et la mémoire, l’architecture, l’histoire locale et la psychologie sont des thèmes prépondérants. En 2002, il a remporté le concours international lancé pour le projet Cities, une initiative qui cherchait à enrichir la mémoire photographique contemporaine des trois capitales basques.
En savoir davantage

DIDIER FAUSTINO

Didier Faustino (1968) analyse la relation entre le corps et l’espace. En plus d’aborder l’architecture, il inclut dans sa pratique expérimentale l’installation et le design de meubles. Faustino possède son propre cabinet d’architecture à Paris, le Bureau des Mésarchitectures. L’humour et la critique font aussi partie de sa philosophie de travail.
En savoir davantage

OLIVER LARIC

Oliver Laric (1981) emploie de l’animation et de la technologie 3D pour créer des vidéos et des sculptures qui réinterprètent des œuvres classiques de l’histoire de l’art. Le débat sur la critique de la propriété et l’originalité reste ouvert face aux œuvres provocatrices de Laric, pleines d’ironie et d’humour.
En savoir davantage

LYNN HERSHMAN LEESON

Lynn Hershman Leeson (1941), une des créatrices les plus influentes du panorama multimédia actuel, a été la première artiste à utiliser le vidéodisque (précurseur du DVD) ou les écrans tactiles dans une œuvre d’art. L’artiste centre sa pratique sur la relation entre la société et la technologie, et sur l’identité et l’utilisation des médias numériques. Sa volonté est d’élargir l’art traditionnel à d’autres réalités, comme la robotique.
En savoir davantage

LEONG LEONG

Les frères Christopher et Dominic Leong, établis à New York, travaillent de multiples disciplines en cherchant à créer des espaces et des objets capables d’améliorer l’interaction sociale, culturelle et professionnelle. Une de leurs principaux projets d’exposition a été la création de l’espace de travail OfficeUS présenté au pavillon des États-Unis lors de la 14e Biennale d’Architecture de Venise (2014).
En savoir davantage

MAIO ARCHITECTS

Fondé à Barcelone par María Charneco, Alfredo Lérida, Guillermo López et Anna Puigjaner, le cabinet d’architectes MAIO favorise une organisation non hiérarchique du travail, où les membres développent leurs propres théories qu’ils exposent ensuite avec des artistes graphiques, des paysagistes ou des architectes d’intérieur. MAIO est également reconnu pour ses travaux dans la création de mobilier et d’expositions, ainsi que pour sa facette éditoriale, puisqu’ils collaborent à des publications comme Cuadernos de arquitectura y urbanismo.
En savoir davantage

MOS ARCHITECTS

Avec son siège à New York, le cabinet d’architectes MOS, fondé par Michael Meredith et Hilary Sample en 2003, est à l’avant-garde de l’innovation, à la fois par ses projets et par la gestion de ses équipes interdisciplinaires, orientés vers l’expérimentation. La « Maison flottante », projetée en 2005 sur le lac Huron, au Canada, est un de ses plus célèbres projets ; un prototype d’architecture durable qui permet à tout un bâtiment de flotter grâce à une structure de pontons incorporés dans le soubassement.
En savoir davantage

NEMESIS

Nemesis est un cabinet-conseil et de croissance « think tank » fondé en 2017 par Emily Segal (1988) et Martti Kalliala (1980), dont la production se réalise à partir de Berlin, Helsinki et New York. Ils élaborent une recherche propre et multidisciplinaire sur des questions en rapport avec la mode, l’urbanisme, la technologie, le design ou le langage.
En savoir davantage

JENNA SUTELA

Des mots, des stimuli sonores et visuels produits par ordinateur et des organismes vivants sont les protagonistes des œuvres de Sutela. Cette artiste née en 1983 s’intéresse à l’expérimentation avec les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle. Elle a participé, en collaboration avec Damien Henry, ingénieur de Google Arts, et l’artiste Memo Akten, à la résidence de Somerset House Studios + Google Arts & Culture, n-Dimensions, de Londres. C’est ce projet qui est à l’origine de la pièce que vous pouvez voir dans l’exposition.  
En savoir davantage