Guggenheim
Mame, 2014 | Omar Victor Diop | Guggenheim Bilbao Museoa
Exposition antérieur

Le monde tel que nous le connaissons est en pleine transformation politique, économique, sociale, culturelle et technologique. Pour savoir comment le design permettra, ou même, accélèrera cette transformation, nous devrions tourner notre regard vers le sud, et concrètement vers l’Afrique, où l’évolution est la plus évidente. En 2012 par exemple, on comptait environ 650 millions de téléphones mobiles enregistrés sur ce continent, plus qu’aux États-Unis ou en Europe. Une nouvelle génération de penseurs et de créateurs dirige le changement dont les propositions multidisciplinaires représentent des solutions innovantes pour le continent et pour le monde entier, et bouleversent notre conception traditionnelle du design.

L’exposition Making Africa–Un continent du design contemporain présente des travaux appartenant à un large éventail de domaines créatifs : design d’objets et de mobilier, arts graphiques, illustration, mode, architecture, urbanisme, art, artisanat, cinéma, photographie, sans compter l’approche numérique et analogique. Ces œuvres occupent, délibérément, cette zone grise existant entre les différentes disciplines et pourtant, elles nous fournissent des réponses concrètes à la question de ce que peut et doit apporter le design au XXIe siècle. Par exemple, ils découvrent de nouvelles possibilités dans l’usage des matériaux, mettent davantage l’accent sur le processus que sur le résultat et réalisent des déclarations audacieuses sur l’avenir.

Ces créations contemporaines établissent un lien avec le moment où, au milieu du XXe siècle, une génération jeune célébrait la libération du colonialisme et affirmait sans réserve sa place dans le monde et son droit à un avenir prometteur. Dans Making Africa, les exemples d’art et de design de ce moment se juxtaposent à des travaux récents ; pourtant, l’exposition n’a pas la prétention de présenter une image complète du design en Afrique, un continent qui, avec 54 nations, plus de 2.000 langues et cultures, et 1 milliard d’habitants, est décidément trop grand, trop complexe et trop divers. Elle nous offre en revanche une nouvelle histoire, encore inconnue peut-être, une parmi tant d’autres qui peuvent surgir lorsqu’on se tourne vers l’Afrique ; et surtout, elle est une invitation à considérer ce continent sous un regard complètement neuf.

Omar Victor Diop
Mame, 2014
De la serie Estudio de vanidades (The Studio of Vanities)
Impresión con chorro de tinta de pigmento sobre papel
Harman de Hahnemühle
93 x 93 cm
Cortesía Magnin-A Gallery, París
© Omar Victor Diop, 2014

Une exposition du Musée Guggenheim Bilbao et du

 

 

 

Avec le soutien d’

 

Kulturstiftung des Bundes

 

Art Mentor Foundation Lucerne