Guggenheim
Dubuffet

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Jean Dubuffet (1901–1985) commence à exposer ses peintures, qui contestent les valeurs esthétiques les plus enracinées. Rejetant les principes de décorum et de beauté classique, ainsi que toute prétention à un savoir-faire technique, Dubuffet s’intéresse à l’ordinaire et à ce qui passe inaperçu et emploie dans son œuvre des matériaux vulgaires, des thèmes prosaïques et un style qui refuse tout signe externe de formation académique. Par cette approche, Dubuffet défie les normes qui, selon lui, entravent l’expression authentique et déprécient l’expérience quotidienne. Toutefois, son objectif ne consiste pas uniquement à révéler à quel point les conventions culturelles sont dépassées, mais également à illustrer la vitalité d’une existence libre de celles-ci. Dubuffet lui-même a affirme : « Je voudrais qu’on regarde mes ouvrages comme une entreprise de réhabilitation des valeurs décriées et [. . .], qu’on ne s’y trompe pas, comme une ardente célébration ».

Lire davantage
Ressources en exclusivitéDevenez membre de Community pour accéder à ce contenu
Audio-guide
Jean Dubuffet : ardente célébration

Le saviez-vous...?

parallèlement à son exploration des arts visuels, Jean Dubuffet mena une série d'expériences musicales ?

En 1961, avec ses Expériences musicales, Jean Dubuffet se lance dans une série d'expérimentations sonores. Comme dans ses créations plasticiennes, ce sont là aussi, les matériaux et les outils spécifiques qu'il utilise qui conditionnent son travail.
En savoir davantage